Nuits Sonores : le résumé, jour #3

En ce vendredi 11 mai, tout semble nous sourire, et particulièrement le soleil ! plus AUCUN nuage à l’horizon, on va être bien !

14h00

Pour un réveil tout en douceur, et afin de garder ses petits tympans un peu au calme, direction la Taverne Gutemberg, où le magazine VICE tient ses quartiers en ce moment.
On ne croisera malheureusement pas Action Bronson (trop occupé à devenir maire de Lyon), mais l’équipe résidente du lieu, aidée par Dealer de Cook, nous aura préparé une petite surprise gustative et artistique. Atelier Linogravure sur wraps à l’encre de seiche, rouleau de printemps mandala et ravioli-nori surprise. De quoi caler la petite faim du début de journée.

nuits-sonores-DAY3 | Lyon CityCrunchnuits-sonores-DAY3 | Lyon CityCrunch

15h00

Etape deux, petit étape au Soul Train. Inspiré de la fameuse émission TV des années 70, la place Raspail nous sort le tapis rouge et les cuivres. Malheureusement, c’était un peu tôt pour les déhanchés décomplexés, mais l’heure parfaite pour écouter le groupe en live et déguster un milk-shake au soleil.

nuits-sonores-DAY3 | Lyon CityCrunch

16h30

Il est temps de se rendre au Day 3, à La Sucrière. Un coup de tram plus tard (on préserve nos gambettes en ce troisième jour de festivités), nous voilà face au hangar géant.

nuits-sonores-DAY3 | Lyon CityCrunch


ASTUCES !

J’en profite pour vous livrer quelques astuces une fois arrivé sur le site de la sucrière :

  1. Pour les consommations, ne faites pas comme moi et pensez à télécharger l’appli lyf pay et a vous créer un compte sur votre mobile (code : NS2018).
    Vous aurez une réduction de 3€ et vous économiserez les 1€ pour la création de votre carte cashless à la journée. En plus, vous éviterez la file pour aller recharger votre carte aux guichets.
  2. A savoir que la consigne pour le gobelet n’est pas remboursée sur place, mais via votre compte créé plus haut dans les jours suivants l’événement.
  3. Les bouteilles d’eau sont confisquées à l’entrée (mais peut être pas les gobelets plastiques)
  4. Seules les toilettes au RDC de la sucrière ont de l’eau fraîche (l’eau des toilettes du Sucre est tiède)
  5. A propos, il y a des toilettes sèches à l’extérieur vers l’esplanade. Elles sont beaucoup plus nombreuses et donc beaucoup plus rapides (et en plus, elles sont vraiment cleans).
  6. Comme les consos, on ne paie pas les foods trucks en espèce, mais uniquement en cashless.

17h30

C’est Pearson sound qui nous fera l’honneur de notre premier gros son de la journée. Des samples hypnotiques faits de basses puissantes qui viennent frapper fort dans le thorax, doublé  de sonorités ultra aigues.

nuits-sonores-DAY3 | Lyon CityCrunch

18h30

Karen Gwyer ambiance l’esplanade avec un set organique et hypnotique. Le public bouge et commence à cuire face au soleil qui n’est pas encore tombé derrière la Saône.

19h30

C’est l’heure du burger !  On repère les sympathiques moussaillons du Sous-marin Jaune et on s’enfile un burger accompagné de quelques frites avant de monter chiller sur le roof-top du Sucre.

nuits-sonores-DAY3 | Lyon CityCrunch

20h00

James Holden & The Animal Spirits nous fait vraiment monter dans les tours . On adore voir le groupe percus batterie cuivres qui joue en live. La trompette devient presque animale, pendant que le saxo mélodique improvise en free-jazz. Un super moment !

nuits-sonores-DAY3 | Lyon CityCrunch

20h45

On redescend afin de profiter du concert de Four Tet, le curateur de la programmation du jour. La salle est maintenant blindée et ça devient compliqué de trouver sa place autour de la scène centrale. Comme le set commence très mollement, on décide de ressortir sur l’esplanade.

21h30

On n’est pas déçu par Floating Points, qui nous balance un son aux couleurs soul et rn’b. De quoi se mettre en joie pour la suite !


Changement l’ambiance, changement de lieu, on attaque la Nuit sur le site des usines fagor-brandt


00h41

Allons voir le set de larry heard aka Mr Fingers. Quoi de mieux pour commencer sa soirée house/electro qu’un artiste aussi emblématique ! D’ailleurs le public devient fou quand il entend la rythmique mythique de « The Sun Can’t Compare » avec en bonus le chant en live. Un peu plus tard on a le droit à « Can You Feel It », un des morceaux qui a défini le genre, ça me fait un petit quelque chose d’entendre un tel monument en live !

nuits-sonores-NUIT3-1-Lyon-Citycrunch

1h25

On se laisse porter vers le Hall 3 pour découvrir Ifriqiyya Electrique, vibrations orientales et hypnotiques. On est envoûté par le son du tambour et des qraqebs (sortes de maracas marocaines). Accompagnés par une bassiste et un guitariste les chanteurs nous donnent toute leur énergie sur scène.

nuits-sonores-NUIT3-2-Lyon-Citycrunch

2h22

Bicep nous livre un set ultra énergétique dans le hall 1 qui est rempli à ras bord, on a quand même réussi à s’immiscer jusqu’au devant de la scène et on apprécie le show light qui nous en met plein les yeux. Bicep choisi de cloturer son set avec sa track phare « Glue », une belle façon de finir en douceur et de nous laisser rêveurs en attendant les prochains artistes.

nuits-sonores-NUIT3-3-Lyon-Citycrunch

3h38

Kerri chandler & jeremy underground, le duo qui nous rappelle à quel point cette culture traverse les ages. On est séduit par ce b2b qui mêle tracks classiques (mais indémodables !) aux « bangers » qui ont mis tout le monde d’accord ces dernières années.

nuits-sonores-NUIT3-4-Lyon-Citycrunch

3h53

Kerri choisi de balancer sa légendaire « Track 1 » de l’E.P « Atmosphere », je ne peux pas demander mieux !

nuits-sonores-NUIT3-5-Lyon-Citycrunch

4h40

C’est le moment de changer de style, on se dirige alors vers le hall 2 pour profiter d’AZF et ses sonorités techno brut made in France avant de rentrer se coucher (on commence à tanguer ahah !).

Commentaire (0)
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *