Les Nuits de Guillaume Long

Hier, on est allé rencontrer Guillaume Long, un des auteurs de BD Lyonnais qu’on adore sur Lyon Citycrunch.
Il a été invité par le festival European Lab et en partenariat avec Lyon BD, à croquer en live les conférences. C’est aussi pour lui ses premières Nuits sonores et il nous raconte tout.

Salut Guillaume, qu’as-tu fait ces derniers jours à Lyon ?

Ces derniers jours, avec l’illustratrice Julie Ricossé, nous avons été invités à couvrir en live différentes conférences pendant le festival European Lab.
C’est un festival animé par des penseurs (scientifiques, écrivains, philosophes…) invités à imaginer l’Europe de demain. C’est amusant car dans le public, il y avait plein de jeunes de 20 à 30 ans très concernés par ces questions d’écologie et de société. Et c’est assez rassurant.

Julie a fait surtout des dessins d’observation et moi des petits strips un peu rigolo, où je parle de mon décalage par rapport à cet univers qui ne m’est pas familier. C’est toujours impressionnant de se retrouver en face d’économistes ou de philosophes.

D’ailleurs c’est marrant que les organisateurs d’European Lab soient aussi ceux qui organisent les Nuits sonores (Arty Farty) : Le début de semaine pour penser et la fin pour te vider la tête !

C’est la première année que tu vas aux Nuits Sonores. Tu en as pensé quoi ?

N’étant pas un grand fan d’électro, ni de gros festival, je n’étais jamais allé à une Nuits Sonores. Je préfère faire les Extras en ville.
Pour cette soirée d’inauguration, j’ai pu découvrir les immenses hangars des anciennes usines Fagor/Brandt.
Le lieu est magnifique, et ils ont vraiment fait un travail hallucinant avec la lumière, en alternant zones très éclairées et zones d’ombre. Dans l’un des hangars, ils ont même installé une vrai pelouse avec des arbres.

Il y a une super ambiance. D’ailleurs, les gens sont assez chauds et tactiles. C’est pas pareil que dans la rue, ici on se sent très proche les uns des autres. Les gens se rencontrent se cherchent du regard, se touchent. Tout est un peu exacerbé.
Bon, je suis finalement parti assez tôt. Parfois, je regardais l’heure sur mon portable avec la photo de mon fils en fond d’écran et je me sentais quand même un peu en décalage avec l’ambiance et le public.

Tu as mangé quoi sur place ?

Haa ! justement, j’ai pu manger un des meilleurs burger de food-truck jamais goûté à Lyon. Tout est fait 100% maison, avec un pain artisanal délicieux et des frites croustillantes. Pour 11€, ce qui est un prix plutôt honnête en festival, c’était vraiment super bon !

 

Les aquarelles de Guillaume et les croquis de Julie sont à consulter sur l’instagram d’European Lab ou sur la page facebook de LyonBD

 

Commentaire (0)
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *