Nuits Sonores, le résumé : jour #1

À nous les Nuits Sonooores ! On s’est calé un « petit » programme bien sympatoche pour profiter du festival : d’abord l’Ile Barbe dans le 9ème, ensuite le Transbordeur à Villeurbanne, puis le Belladona Plage dans le 2ème et enfin, pour finir en beauté, la Nuit 1 aux usines Fagor-Brandt.

C’est parti !

15h30

On débarque sur l’île Barbe, rebaptisée l’île Sauvage le temps du festival (l’entrée est gratos). Le temps est tout doux et ça sent bon les acacias, l’après midi s’annonce bien. Ouah c’te vue sur la Saône qu’on a en traversant le pont !

Dis donc, c’est très vert comme coin ! On s’attendait à ce qu’il y plus de peuple mais en même temps il est encore tôt. Clairement ici l’ambiance est en mode chill : on glande sur la pelouse, on se balance au son d’une l’électro plutôt posée à l’ombre des platanes, on se commande une petite glace alcoolisée (oui oui), on s’offre un petit maquillage tribal à prix libre …

Forcément, on en profite pour se commander à boire (ouille, 7€ la pinte et 4€ le petit verre de rosé ça pique un peu) et se caler dans l’herbe tout en écoutant la musique pulser. Raaah, y’a pas à dire on est bien …

Quand on repart sur les coups de 17h il y a déjà vaaaachement plus de monde !

18h

Après 1h de galère à attendre notre chauffeur privé, direction le Transbordeur !

À l’approche du lieu, on entend un énorme BOUM BOUM BOUM et là nos regards disent  » euh, on ne va pas faire long feu ici … » Oh Wait ! Ce sont les gars qui ressemblaient à des chanteurs anglais des années 70  – ils ne passent pas inaperçus dans la rue – qu’on a croisés tout à l’heure en bouffant notre pita de falafel place Terreaux !

Plutôt cocasse de les retrouver sur scène. On shoote, on filme, on se rend compte que le son est cool. Leur style musical est particulier. D’après le site des Nuits Sonores c’est un mélange de break-beat et pop, héritages du space synth, de la proto-disco et de la new wave.  Transats, sun & live, on kiffe le moment.

20h

On file dans le 2ème, à l’endroit où la Saône et le Rhône se rencontrent. Direction le Bellona Club qui se la joue Plage Sonore (en vrai ça a rien à voir avec le festival du même nom mais bon ça a l’air cool). Dans une lueur crépusculaire les gens prennent l’apéro au bord de l’eau, dansent sur de la grosse électro et enquillent des pintes de bière …

Y’a comme un air de Sud flotte dans l’air. Manque plus que le pastis, en fait.

22h

On arrive sur le site de l’usine Fagor-brandt et direct on est surpris par la taille du lieu ! C’est immense !! On fait un premier tour de repérage et on peut dire que l’ambiance est là, les jeux de lumière nous plongent dans un univers singulier.

Après avoir fait le tour des hangars, on se pose devant la scène de Dj Okapi qui balance du son disco, funk, reggae et afrobeat. On se mouve, verre de skoll à la main et sourire aux lèvres, au rythme de cette musique à la sauce sud-africaine.

23h15

On change de hanger et on va voir Chloé, qui chauffe la foule avec sa techno lancinante ponctuée de touches de rock et un sound-design particulier.

La masse humaine devant la scène est beaucoup plus importante que dans les autres hangars ! Le son vibre dans nos corps. On bouge au rythme de la musique, médusée par les jeux de lumières – toujours un verre à la main – et il faut le dire, on est ravis d’être là.

00h30

On déambule dans le Hall 4 où on se laisse tenter par une performance de lip sync par une drag queen qui nous interprète « Don’t Speak » de No Doubt avec beaucoup d’émotion.

0h45

On se hate de retourner dans le Hall 1 pour le set ultra attendu de Rone. La scéno mixant visuel issu de la couverte de son dernier album réalisé par Michel Gondry et jeu de lumières stratosphérique plonge la foule dans une transe totale.

02h20

On danse comme des fous sur le set de Dj Tal dans le Hall 1, de la house boostée en basse avec une influence sud africaine, de quoi réveiller même les plus timides ! Dj Tal lui même sort de derrière les decks pour nous faire une petite démo de danse et il assure ! On en redemande !

03h30

Antal b2b Hunee c’est funky, c’est groovy, c’est disco… On sort nos meilleurs pas de danse on ferme les yeux et on se croit dans Soul Train ! Pas d’afros ni de patte d’ef (quoi que…) à l’horizon mais la foule donne tout ce qu’elle a durant ces deux heures de set enflammé.

Bon, là il est temps d’aller se coucher … *baille* car le festival n’est pas fini ça non ! Et demain, on y retourne ! Allez bisous les chatons ! 

Du 9 au 13 mai toute les équipes de CityCrunch de Lille, Lyon, Montpellier, Grenoble et Saint-Etienne sont à Lyon pour le festival Nuits Sonores. Suivez nos aventures sur ce blog !

Commentaire (0)
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *